studio COMUNIK

440 chem Roche Verne 01630 PERON - France
8 rue des voisins 1205 GENEVE - Suisse
Téléphone: (0033) 642572597
Email: contact@studio-comunik.com

Commerçants et artisans : 5 conseils réussir votre site internet

Commerçants et artisans : 5 conseils réussir votre site internet

Trouver de nouveaux clients, enrichir ses services, simplifier la relations client… Internet possède bien des atouts. Voici quelques conseils pour réussir votre stratégie digitale.

1 : Identifier les cibles
Tous les business de commerçants ne peuvent pas marcher en ligne. Chaque chef d’entreprise doit identifier sa cible pour adapter sa plate-forme et penser l’ergonomie. Pour les personnes âgées, il faut créer quelque chose de simple. Si ce sont des jeunes, on peut déjà imaginer une solution plus complexe. Dans tous les cas, le site doit être accessible et fonctionnel. Si le site met trop de temps à charger, les internautes le quittent immédiatement.

2. Commencer par tester le marché
Lancer un site Internet coûte cher. Pour limiter le coût et ne pas se précipiter, procéder étape par étape semble plus judicieux. Dans un premier temps, choisir une plate-forme bon marché. « L’idée est de tester le marché sur quelques produits phares. Une fois que vous avez validé l’intérêt d’un site Web, on peut engager un budget plus intéressant ». Un site peut ainsi aller de 5.000 euros, pour une version basique à plus de 80.000 pour une solution sophistiquée adaptée à l’e-commerce.

3. Travailler le référencement et la traction
Un site flambant neuf et fonctionnel ne servira à rien s’il n’attire pas des utilisateurs. Pour cela, le référencement est devenu primordial. Les commerçants mettent souvent un site en ligne et pensent que les clients viendront à eux tous seuls. Il existe des techniques simples pour générer du trafic. L’acquisition peut se faire avec des annonces sur Facebook ou Instagram. Pour les sites B to B, on peut mener des campagnes. L’argent est souvent dédié uniquement à la conception du site, alors qu’il faut absolument prévoir un budget d’acquisition.

4. Se faire accompagner
Le site Internet représente la vitrine d’un commerce et il est nécessaire de ne pas négliger son aspect. Les commerçants ne sont pas toujours au fait de l’écosystème Web et se faire guider pour créer de A à Z sa plate-forme reste un passage obligé. Que ce soit avec une agence Web ou un développeur free-lance, le chef d’entreprise doit avoir une partie de son équipe dédiée à la partie digitale pour assurer la maintenance, le suivi des commandes et le traitement des demandes de clients.

5. Mettre constamment à jour son site
Un site ne doit pas être figé dans le temps. Pour rester compétitif, il faudra constamment le mettre un jour. Si vous mettez un petit budget, vous allez devoir refaire le site au bout de trois ans. En revanche, si vous mettez un peu plus d’argent, vous aurez une solution technique que vous pourrez garder pendant plus longtemps. Il n’y a rien de moins efficace qu’un site lent et peu fonctionnel. Qui dit site dit version mobile. Les smartphones doivent régulièrement être mis à jour. La plate-forme digitale devra donc obligatoirement suivre le pas pour ne pas risquer des bugs intempestifs.

Source: business.lesechos.fr

Bonne année 2019

Bonne année 2019

Categories: ,   By ,   0 Comments,  

 

Nouvelle année, nouveaux projets…
Tous mes vœux de bonheur et de réussite !
Puisse notre collaboration vous apporter, cette année encore, la plus grande satisfaction.
Merci pour votre confiance !
Mateo

Votre site internet est-il conforme au RGPD ?

Le 25 mai dernier, le RGPD, grande réforme de protection des données de facto imposés aux pays de l’Union européenne, est entrée en vigueur. Cette nette amélioration de la législation européenne vient réviser la protection des données personnelles des citoyens et ajoute des conditions de concurrence équitables pour les entreprises, notamment après les évolutions technologiques de cette dernière décennie. Parce que le règlement général sur la protection des données peut avoir un fort impact pour les entreprises qui ne s’y conformait pas, voici les principaux points pour constater la conformité de votre site internet avec le nouveau règlement.

Demander le consentement au traitement des données
Point crucial du RGPD, le consentement au traitement des données personnelles doit être demandé explicitement à tous les internautes qui consultent votre site internet. Terminé alors les cases pré-cochées qui consentent au traitement et à la collecte des données personnelles sans que l’internaute clique lui même sur la case “j’autorise” ou “je refuse”.

En plus de cette demande de consentement explicite, l’avancée en matière de protection des données personnelles qu’amène le RGPD est que l’internaute doit également pouvoir le retirer à tout moment. De ce fait, seuls les cookies qui sont strictement nécessaires peuvent être déposés avant le consentement des internautes.

Pour être conforme au RGPD, votre site internet doit alors permettre aux internautes de consentir au traitement de leurs données. Cette clause doit notamment être intégrée sur l’ensemble des services de votre site (Google Analytics, Adsense, Adwords, …) qui collectent et traitent les données suivantes : nom et prénom, adresse IP, données de localisation (traceur), adresse courriel, adresse postale, numéro de téléphone, numéro d’identification / mot de passe, données sensibles….

Informer le visiteur qu’il visite un site conforme au RGPD
Un internaute qui se rendra sur votre site à partir du 25 mai 2018, devra toujours être clairement informé des cookies utilisés sur votre site, des données personnelles traitées, ainsi que du but et de la durée de leur traitement. Votre site internet est alors conforme au RGPD si ces informations sont inscrites et visibles sur votre site.

Que ce soit au niveau des mentions légales ou encore dans une autre partie de votre site, les internautes doivent pouvoir aisément trouver une liste de chaque cookie utilisé et de son utilité, ainsi qu’un outil permettant de les désactiver à tout moment. Ce point est notamment très important si vous utilisez des formulaires ou encore une newsletter qui impliquent le traitement de plusieurs types de données personnelles.

Institution, organisme, entreprise ou commerce en ligne, le règlement général sur la protection des données affecte alors principalement votre notification de cookies à vos internautes, leur possibilité de consentement ainsi que la politique de confidentialité de votre site internet.

Une question, un conseil pour effectuer ces changements sur votre site?
N’hésitez pas à me contacter par téléphone ou par email !


Source: www.anthedesign.fr

La digitalisation des entreprises suisses se fait à deux vitesses

L’étude «Digital Switzerland», menée par la Haute école d’économie de Zurich (HWZ) et localsearch (Swisscom Directories SA), révèle que les PME suisses sont en retard en termes de connaissances numériques: 87% des sondés peuvent être considérés comme des dinosaures numériques. Des ressources financières et des connaissances techniques insuffisantes, mais aussi des équipements techniques inadaptés représentent ainsi les plus grands défis pour les micro-entreprises.

L’étude «Digital Switzerland» portant sur les PME a été réalisée pour la troisième fois. Elle étudie les objectifs et les défis de la transformation numérique pour les entreprises suisses. Elle révèle que la grande majorité des 87% des sondés pouvaient être considérés comme des dinosaures numériques.

Ces «dinosaures numériques» se trouvent tout particulièrement dans les micro-entreprises (1 à 9 collaborateurs). « L’étude montre qu’une large part du potentiel reste inexploitée et qu’il existe en même temps un réel problème de ressources pour faire avancer la transformation numérique», explique Manuel Nappo, responsable de l’Institute for Digital Business de la HWZ, qui a dirigé cette étude.

Ces résultats ne surprennent pas Stefano Santinelli, CEO de localsearch: « Avec ses 40 ans d’expérience, localsearch connaît parfaitement les PME suisses. Ce sont avant tout les micro-entreprises qui ne disposent ni du temps ni du savoir-faire nécessaires pour se consacrer à la numérisation. De nombreuses entreprises risquent alors de rater le train de la numérisation car qui n’est pas présent en ligne de nos jours, n’est tout simplement pas pris en considération et la concurrence ne se trouve qu’à un seul clic.»

Le manque de ressources est le principal défi
Les principaux défis en termes de transformation numérique sont le manque de ressources financières et de connaissances spécialisées, mais aussi un équipement technique inadapté. Pour les entreprises de plus de 100 collaborateurs, l’absence de culture de changement et des responsabilités mal définies viennent s’ajouter au manque de connaissances spécialisées.

Objectif fidélisation de la clientèle et réduction des coûts
Les principaux objectifs de la transformation numérique sont la fidélisation de la clientèle, la réduction des coûts et une plus vaste portée pour l’acquisition de nouveaux clients. Pour les entreprises de plus de 100 collaborateurs, l’amélioration des expériences clients joue également un rôle décisif.

Un potentiel inexploité
Pour le développement futur des entreprises, la sécurité numérique relève d’une importance majeure pour les sondés, suivie des médias sociaux et du marketing numérique. Pour ce qui est de leurs connaissances, les participants de l’enquête disent connaître le mieux les réseaux sociaux, les wearables et l’e-commerce.

Or, dans le contexte du quotidien de l’entreprise, les possibilités numériques ne sont que très peu exploitées: pour 77% des entreprises ayant participé à l’enquête il n’est aujourd’hui pas encore possible de réserver un rendez-vous en ligne pour des prestations qui requièrent une prise de rendez-vous (salons de coiffure ou physiothérapeutes, par exemple). 60% d’entre elles ne disposent pas non plus d’un logiciel leur permettant de gérer les rendez-vous. Et ce sont précisément les micro-entreprises qui boudent le marketing en ligne: tout juste un tiers des sondés contacte les clientes et clients en ligne par le biais d’offres personnalisées et seulement 11% utilisent un système de fidélisation numérique.

Des lacunes sont également présentes au niveau des réseaux sociaux et des évaluations. En effet, 74% des sondés ne disposent d’aucun mécanisme ou processus leur permettant de s’informer d’évaluations en ligne et seuls 34% réagissent de manière active aux évaluations et témoignages sur Internet. De ce fait, 78% ont renoncé à inviter activement leurs clientes et clients à évaluer en ligne l’entreprise, les produits ou les services.

Source: Cominmag

Les débits Internet ont grimpé de 30 % en 2017

Fibre optique, 4G… Les technologies permettant d’avoir une connexion Internet de plus en plus rapide se répandent un peu partout dans le monde. Le spécialiste des tests de vitesse de connexion Ookla a dévoilé le 12 décembre 2017 l’état des lieux des vitesses Internet pour 2017 et l’évolution de la vitesse par rapport à 2016. Sans surprise, Internet va de plus en plus vite.

Que ce soit dans l’Internet mobile ou l’Internet fixe, la vitesse globale a fortement augmenté dans le monde, avec certains pays où elle a littéralement explosé.

Les chiffres de la vitesse d’Internet en novembre 2017

Selon les données d’Ookla, tout a augmenté entre novembre 2016 et novembre 2017. Une augmentation moyenne de 30 % qui confirme la nécessité d’avoir de plus en plus de débit. Du côté de la vitesse de download, elle atteignait 20,28 Mbps dans le mobile en novembre 2017 (en hausse de 30,1 % sur un an) et 40,11 Mbps dans le fixe (en hausse de 31,6 % sur un an). De même, la vitesse d’upload dans le mobile a grimpé de 38,9 % en un an (8,65 Mbps en novembre 2017) et de 25,9 % dans le fixe (19,96 Mbps en moyenne).

Mais cette augmentation moyenne de près de 30 % cache de fortes disparités : au Laos, par exemple, la vitesse de download a grimpé de 249,5 % dans le mobile (13,77 Mbps en novembre 2017), tandis que c’est à la Réunion où la vitesse de download dans le fixe a le plus augmenté (141,5%), atteignant 62,64 Mbps en moyenne.

Dans certains pays, malheureusement, la vitesse de téléchargement a baissé entre 2016 et 2017 : -39,8 % à Porto Rico pour l’Internet mobile et -23,9 % en Algérie pour l’Internet fixe.

Quelle est la situation en France en novembre 2017 ?

L’Hexagone aussi a vu ses débits évoluer et, heureusement, tout est dans le positif : le débit moyen de download du réseau fixe en France est passé de 50,51 Mbps en novembre 2016 à 63,61 Mbps en novembre 2017. Le débit en upload passe de 21,59 Mbps à 28,18 Mbps. La France est au-dessus de la moyenne mondiale (40,11 Mbps en download et 19,96 Mbps en upload), mais perd trois places au classement, chutant de la 18ème à la 21ème place.

Côté Internet mobile, l’évolution est moins nette : le débit en download est passé de 27,12 Mbps à 29,79 Mbps entre novembre 2016 et novembre 2017 et celui en upload reste quasiment stable à 9,15 Mbps (8,63 Mbps en novembre 2016). Dans le mobile aussi, la France perd des places au classement mondial : 27ème en novembre 2016, l’Hexagone n’est plus que 34ème.

Faut-il passer votre site web de HTTP à HTTPS ?

On parle beaucoup du HTTPS depuis quelques temps. Le HTTPS permet de sécuriser les échanges de données entre les internautes et les sites web qui utilisent ce protocole. Mais est-ce que c’est vraiment indispensable de passer votre site web de HTTP à HTTPS ?

Pourquoi aujourd’hui faut-il préférer woocommerce à prestashop ?

Si vous vous lancez dans le e-commerce et que vous êtes à la recherche de la meilleure solution, plusieurs logiciels vous seront proposés, parmi eux : prestashop & woocommerce sont les 2 solutions open source qui sont le plus souvent retenues par les commerçants.

L’Internet mobile devient la norme dans le monde

Pour la première fois, les consultations de pages Web sont devenues plus nombreuses en octobre sur mobile et tablette que sur PC.

Et ce qui devait arriver arriva… Internet est officiellement devenu mobile. Selon une étude publiée par la société StatCounter, spécialisée dans l’analyse de données Web, la majorité des consultations sur le Net se fait désormais via un smartphone ou une tablette, et non plus sur un ordinateur.

Comment bien référencer son site Internet ?

Optimiser l’indexation de votre site web sur les moteurs de recherche permet aux internautes d’arriver dessus lorsqu’ils effectuent une recherche relative à votre secteur d’activité.
Objectif : accroître votre visibilité… et vos ventes ! Alors, comment faire pour bien référencer votre site ? Découvrez nos six conseils indispensables.

Faites appel à un expert pour la gestion de votre site internet

Entreprises, startups, PMI, PME, auto-entrepreneurs: tous ont désormais besoin d’experts qualifiés pour la réalisation de nouveaux projets. Création de site Internet ou/et développement d’applications, webdesign, graphisme, traduction sont autant de domaines qui nécessitent une expertise pointue pour le bon développement d’une activité. Une solution: l’externalisation. Faire appel à un freelance pour effectuer ces tâches précises peut s’avérer très intéressant.

1 2 3 4 7